top of page

𝐎𝐒𝐄𝐑 𝐋𝐀 𝐉𝐎𝐈𝐄. 𝐄𝐓 𝐒𝐈 𝐎𝐍 𝐈𝐍𝐕𝐄𝐑𝐒𝐀𝐈𝐓 𝐋𝐀 𝐓𝐄𝐍𝐃𝐀𝐍𝐂𝐄 ?

Quelques mots, tels des graines pour se diriger vers la joie...

Femmes joyeuse Sarah FAVIER

Ressens-tu comme une plainte qui murmure autour de toi, peut-être en toi ? Observes-tu cela ? Lorsque je me fonds dans la foule j'écoute les mots présents… à la sortie de l’école, dans les magasins, au parc, dans la rue… Et ces mots expriment souvent une plainte. Au-delà de la vie qui nous chahute, c’est comme si la plainte était devenue une habitude. Comme un prétexte pour échanger pour parler à l'autre. Aurions-nous perdu le lien joyeux, le lien de la présence ? Lorsque les êtres humains se regtroupent, c’est comme s’il ressentait le besoin de dire quelque chose. Et dans ce « dire quelque chose » on échange souvent des banalités, et dans ces banalités on invite régulièrement cette plainte. N'as-tu pas entendu ou prononcé l'une de ses phrases ? « Il pleut encore… » « Temps de M… » « C’est vraiment dur aujourd’hui… » «  De toute façon avec la société dans laquelle on vit on… »

N’entends tu pas ici comme un fatalisme, comme un pessimisme ambiant ? Perçois-tu que ces phrases toutes faites nous éloignent doucement de ce que l’on ressent. On répète, inlassablement ces litanies.

écouter les ressentis
©Jean-Louis Riera Navarro


Au plus profond de moi j'aspire à ce que chacun-e s’offre le cadeau de s’ouvrir à ressentir autrement, pleinement.


COMMENT INVERSER LA TENDANCE ?Pour sortir de cette répétition acquise, pour s’extirper du pessimisme, c’est à soi de faire le pas de côté. Pour proposer un autre discours il faut le vivre, le vibrer en soi.




Je t'invite alors à te poser ces questions, juste pour regarder ce qui se passe en toi, sans jugement. Avec quelle énergie démarres tu ta journée ? * Est-ce que à ton réveil tu râles intérieurement de devoir te lever ? * Est-ce que tu soupires de sentir ton corps engourdi ? Et si tu démarrais désormais tes journées en souriant ? Sourire pour saluer cette nouvelle journée que tu vas vivre, saluer ce que tu y vas découvrir. Lorsque tu t’éveilles, offre-toi quelques instants pour sentir ta respiration et remercier ce souffle. Remercier la vie qui est là. Comment réagis-tu lorsqu’il pleut ? * Est-ce que ton corps se crispe ? * Est-ce que tu râles intérieurement, ou à haute voix ? * Est-ce que tu évites la pluie ? Te réfugiant pour les trajets dans ta voiture sous un parapluie… Et si tu choisissais d'accueillir la pluie ? Et si tu t'offrais même quelques pas de danse sous la pluie ? Lorsque tu choisis l’accueil de ce qui est, quelque chose va se détendre en toi, devenant plus fluide, plus agréable. Tu vas pouvoir percevoir autrement cette situation, tu vas pouvoir te permettre de la ressentir pleinement. C’est un véritable exercice que de ne pas directement réagir, se bloquer, râler. Tu vas pouvoir te laisser surprendre à peut-être apprécier la pluie, savourer d’être dans un embouteillage…


Sourire sous la pluie Sarah FAVIER
Savourer la pluie

Quelle magie que de laisser le corps ressentir ! Pour la pluie, j’aime savourer les gouttes sur ma peau, fermer les yeux. Il m’arrive même parfois, si je suis juste à côté de chez moi et que je vais pouvoir me rechauffer ensuite, de venir m’asseoir sous la pluie qui tombe à verse. Me sentir en harmonie avec ce cadeau de la nature.

Et même si je peux ressentir le froid, l’humidité… je me réjouie de mon corps capable de recevoir ces sensations, de me rappeler que je suis en vie.

UNE SUBTILE TRANSFORMATION, PAS À PAS. Plus tu vas t’exercer et t'entraîner à ressentir l'accueil dans ces petites choses du quotidien qui initialement t’apportait des tensions, de la raideur, de la peur ou de l’agacement, plus tu vas ressentir le changement en toi.

Colibri joyeux Sarah FAVIER
Chaque goutte compte !

En invitant l’accueil de ce qui est et en t’ouvrant aux ressentis… tu vas progressivement regarder différemment ce qui t’entoure, ceux qui sont près de toi, les situations que tu vis. Et petit à petit tu vas te surprendre à sourire aux situations qui s'offrent à toi.

Ces petits changements de pensées sont à l’image du colibri et de la goutte d’eau. Chaque pas, chaque goutte compte, sur ce chemin intérieur, ce chemin vers la joie, vers la beauté profonde de l’être. Et c’est un nouvel état d’être qui s’offre à toi, un état de confiance et de joie.



Peut-être que la prochaine fois à la sortie de l'école où dans la rue, lorsque tu entendras des phrases pessimistes autour de toi, tu savoureras le chemin intérieur que tu as parcouru. Peut-être même, souhaiteras tu glisser dans la conversation dans un élan joyeux une petite phrase telle : « La pluie fait pousser les jolies fleurs »

Et ses mots seront peut-être une graine pour autrui. Ne cherchant pas à transformer l'autre car chaque personne est garante de son chemin intérieur.
Non, juste en laissant entrevoir cette lumière qui brille en toi et ainsi rappeler à chaque être, en écho, qu'une lumière brille en chacun de nous.

Je t’invite à clore un instant tes paupières, et imaginer cette transformation, la ressentir en toi. Tu peux une vague de joie qui t’envahit et qui coule autour de toi, et te délecter de cette sensation.


Sur ce, belle âme,

je te souhaite une douce journée, dans l’accueil et la présence.

La vie n'est pas d'attendre que les orages passent

C'est d'apprendre comment danser sous la pluie

Sénèque


32 vues0 commentaire

Comments


bottom of page